Logo ifraf

Partenaires

ENS
P6
P13
P11
IO
Observatoire
CNRS


Rechercher

Sur ce site

Visiteurs connectés : 4


Accueil du site > Thèses et habilitations > Transition d’Anderson avec des ondes de matière atomiques

Transition d’Anderson avec des ondes de matière atomiques

Lundi 7 septembre 2009, 14h30, salle RC37, bâtiment « Atrium » de l’UPMC, 4 Place Jussieu, 75005 Paris

Soutenance de thèse de Gabriel Lemarié

Résumé

En dimension trois, les états propres d’une particule quantique soumise à un potentiel désordonné présentent une transition, appelée transition d’Anderson, entre un régime délocalisé à faible désordre et un régime localisé à fort désordre. Cette localisation étant due aux interférences, elle est facilement perturbée par des effets de décohérence ou d’interaction entre particules, et est donc délicate à observer. Dans ce mémoire, nous rapportons nos travaux théoriques ayant permis la première observation expérimentale de la transition d’Anderson avec des ondes de matière atomiques.

Un nuage d’atomes froids soumis à une onde stationnaire pulsée de façon quasi-périodique réalise une variante du Kicked Rotor (paradigme du chaos quantique) analogue à un modèle d’Anderson 3D. Cependant, la limite thermodynamique n’est pas accessible expérimentalement. Interprétant ces contraintes comme similaires à des effets de taille finie, nous construisons une méthode de ``finite-time scaling’’ permettant de caractériser la transition expérimentalement, de donner la première détermination expérimentale non-ambigüe de l’exposant critique $\nu$ de la transition, et de confirmer que le Kicked Rotor quasi-périodique appartient à la même classe d’universalité que le modèle d’Anderson. À partir de la théorie auto-cohérente de la localisation, nous calculons l’état critique du système, prédiction trouvée en très bon accord avec les données expérimentales et numériques.

Dans la même rubrique :