Logo ifraf

Partenaires

ENS
P6
P13
P11
IO
Observatoire
CNRS


Rechercher

Sur ce site

Visiteurs connectés : 7


Accueil du site > Thèses et habilitations > La théorie de Gross-Pitaevskii pour un condensat de Bose-Einstein en rotation : vortex et transitions de phase

La théorie de Gross-Pitaevskii pour un condensat de Bose-Einstein en rotation : vortex et transitions de phase

Soutenance de thèse de Nicolas Rougerie

Jeudi 9 décembre 2010 à 16h dans la salle de séminaire du Laboratoire Jacques-Louis Lions, c’est à dire la salle 15-16 309 du campus Jussieu (couloir entre les tours 15 et 16, troisième étage, salle 09).

résumé :

Lorsqu’un gaz de bosons est suffisamment refroidi, une transition de phase apparaît : toutes les particules se concentrent dans le même état d’énergie. On appelle l’objet résultant de ce phénomène un condensat de Bose-Einstein. On peut le décrire par une fonction d’onde macroscopique, minimisant à l’équilibre la fonctionnelle d’énergie de Gross-Pitaevskii. Une des propriétés remarquables des condensats est leur superfluidité. Elle peut se manifester par l’apparition de vortex (tourbillons) dans un condensat mis en rotation.

Dans cette thèse nous étudions le comportement asymptotique des minimiseurs de la fonctionnelle de Gross-Pitaevskii bi-dimensionelle et des énergies associées dans différents régimes de paramètres rendant compte de situations physiquement intéressantes. Nous cherchons à identifier certaines transitions de phase caractérisées par l’organisation des vortex du condensat.

Dans une première partie nous étudions une situation où il est justifié physiquement de considérer un problème simplifié. La minimisation de la fonctionnelle d’énergie est alors restreinte au premier espace propre de l’opérateur de Ginzburg-Landau (le plus bas niveau de Landau, lié à l’espace de Fock-Bargmann). Nous étudions théoriquement et numériquement le modèle simplifié dans un régime où le condensat est annulaire et contient un réseau de vortex déformé.

Une seconde partie est consacrée à un régime de rotation extrême où le problème limite devient linéaire. Nous montrons que ce problème limite décrit correctement les asymptotiques d’énergie et de densité de matière. Sous une hypothèse supplémentaire nous démontrons qu’un vortex géant se forme, c’est-à-dire un condensat annulaire dont tous les vortex se rassemblent dans la zone centrale de faible densité de matière.

Les deux dernières parties de la thèse sont consacrées à l’évaluation de la vitesse critique pour l’apparition du vortex géant. Nous montrons d’abord que le vortex géant apparaît au dessus d’un certain seuil que nous calculons en fonction des autres paramètres du problème, ce qui fournit une borne supérieure de la vitesse critique. Dans une quatrième partie nous montrons que cette borne supérieure est en fait optimale en considérant des vitesses proches du seuil par valeur inférieure. Nous montrons alors que des vortex sont présents dans le condensat et qu’ils se répartissent uniformément le long d’un cercle.


Post-scriptum :

campus Jussieu 75005 Paris


Dans la même rubrique :